Mon petit ami et moi sommes ensemble depuis cinq ans et, à cette époque, il a vu le meilleur et le pire de moi - à la fois en général (pense: grippe porcine) et en ce qui concerne la beauté, comme dans l'entretien personnel en coulisse. Il m'a vu me tordre le cou dans un miroir pour éviter une éruption cutanée et il était là quand j'ai appliqué un autobronzant pour couvrir ma cellulite. Heck, il m'a même vu - plusieurs fois - avec une moustache blanche dépilatoire au-dessus de ma lèvre supérieure (comme une moustache au lait, mais six fois plus épaisse). Et aucun de nous n'a sourcillé. Mais il y a une chose que je n'ai jamais faite devant lui et que je ne ferai jamais. Continuez à faire défiler pour savoir ce que c'est…

Le seul rituel de beauté et de toilettage personnel que je ne ferais jamais devant un mec, c'est… me raser les aisselles. Là je l'ai dit. Le fait de tenir ton bras et de raser la fosse m'a toujours semblé si bas et piéton - tout simplement dégoûtant. En aucun cas je n'essaie de cultiver une sorte de notion irréaliste de moi comme un ange hyper-féminin qui sue des arcs-en-ciel.



Je ne suis pas non plus du type «opposé» - une fille bourrée de bière et bourrée de bière, qui laisse tout tomber et qui ne croit pas au maintien d'une frontière d'intimité et de mystère en ce qui concerne certains aspects de ma féminité.

Cela dit, mon petit ami et moi-même sommes plutôt «progressistes», si vous voulez appeler ça comme ça, en ce qui concerne les rôles et normes masculins / féminins traditionnels. Il cuisine et fait la lessive et je fais nos finances. Nous ne respectons pas les catégories traditionnelles de «ce qui est féminin» et «ce qui est masculin». Pourtant, lever le bras pour me raser est tout à fait hors de portée - cela me donne l'impression d'être un lutteur de 300 livres, ou un camionneur, qui pourrait tout aussi bien être en train de sucer la salade et de faire la fête pendant que j'y suis.



Comme la plupart des accrochages, mon aversion pour le rasage des aisselles est une affaire personnelle. Dans mon passé, je n'ai pas eu d'événements traumatisants impliquant un aisselle, et je n'ai jamais été humilié, jugé ou gêné d'être une fille avec un aisselle, qui doit parfois raser les cheveux qui y poussent. Je ne juge pas non plus une femme qui se rase les aisselles devant des hommes, ou qui a une opinion ou une autre sur le point de savoir si les femmes devraient ou ne devraient pas raser leurs fosses devant les hommes - ou même du tout, d'ailleurs. Je reconnais que le fait de se raser les aisselles est un choix pour les femmes et concerne principalement les notions occidentales de beauté. Beaucoup de femmes (y compris Miley Cyrus) sont des adeptes du naturel. Mais dans mon expérience personnelle, je pense que cela revient aux associations.

Si je devais psychanalyser l'aversion, je pense que les aisselles sont en sueur, grossières et malodorantes. Et le mot "pit" a une connotation si négative. Quelque chose qui craint s'appelle «les fosses». Et une «mosh pit» est un gâchis chaotique, en sueur et grossier des membres d'autres personnes. Et le noyau de fruits est la seule chose qui n’est ni sucrée ni juteuse, et qui est jeté. Et une fosse elle-même n'est qu'un endroit sombre et caverneux. Je ne peux tout simplement pas me sentir à l'aise de lever mon bras et de le raser. De plus, le fait de pencher le visage vers la fosse et le double menton qui s'ensuit ne sont pas la position la plus attrayante. Je ne l'ai jamais fait devant un gars et je ne le ferai probablement jamais.



Continuez à faire défiler les crèmes de rasage que j'aime beaucoup - pour un rasage discret bien sûr! Ou non-discret aussi, si c'est ton truc. Et puis laissez un commentaire ci-dessous!

Étiquettes: Alicia Beauty Royaume-Uni, Lush, Omorovicza, Shaveworks, Whish